Formateur itinérant depuis une dizaine d’années sur le continent africain, nous avions eu la chance de parcourir plusieurs pays du monde. Cette expérience nous a permis d’observer l’écart accusépar l’Afrique par rapport au reste du monde et d’en tirer une seule conclusion : malgré ses milliers de diplômés qui jonchent les rues, le marché de l’emploi reste inégalement réparti. Ce déséquilibre doit être corrigé. Mais que faire donc ? la solution, à notre avis, passe par la création des formations localisées adaptées aux réalités de chaque pays et focalisées sur les métiers directement productifs.

Après des années de consultations aux côtés de nos pairs, l’idée nous est venue de lancer une Maison de la pensée africaine pour donner une chance à la jeune génération. Laquelle chance passe par l’acceptation de soi et des autres avec pour seul but de mutualisation des efforts afin de transformer les armes de nos différences en outils pour labourer les terres de ce continent cher à nous qu’est l’Afrique.

Durant toutes ces années, nous avions traversé villages et villes, rivières et océans ; nous sommes allés à pied, en voiture, en avion, même en zokéké, en taxi-vélo, en poussy, en kwassa-kwassa pour apporter aux autres, le fond de notre pensée singulière pour bâtir cette Afrique que nous voulons ; cette Afrique qui a brillé dans l’histoire pendant des siècles.

En fondant les Universités Africaines des Métiers d’Ingénierie (UAMI), nous mettons en réseau tous ces héros africains qui font bouger les lignes dans leurs pays afin que l’Afrique, notre Afrique puisse reprendre en main sa destinée.Comme bien d’autres acteurs de l’indépendance totale de l’Afrique, nous pensons qu’aucune vraie Independence, ni aucun projet, ne peut être durable en Afrique, si nous, africains, ne prenions pas en mains la gestion des secteurs clef de notre devenir.

Vous êtes donc tous invités à nous rejoindre pour rebâtir les murs, jadis, protecteurs de notre vieille civilisation afin de donner envie aux autres de nous accepter comme légitime. Former chaque fille et chaque fils des pays africains en adaptant les contenus des formations aux besoins de chaque pays, est selon nous un défi, et seul qui garantisse l’autonomisation du continent. Nous avons rencontré des femmes et des hommes dans les quatre coins de l’Afrique, ils nous ont accueilli,servi et traité comme frère, fils. Du Togo aux Comores en passant par Madagascar, Congo, Cameroun, … aucun de ces pays ne nous a traité d’étranger,ni ne nous a rejeté.

Former chaque fille et chaque fils des pays africains en adaptant les contenus des formations aux besoins de chaque pays, est selon nous un défi, et le seul qui garantisse l’autonomisation du continent. Nous avons rencontré des femmes et des hommes dans les quatre coins de l’Afrique, ils nous ont accueilli, servi et traité comme frère, fils. Du Togo aux Comores en passant par Madagascar, Congo, Cameroun, … aucun de ces pays ne nous a traité d’étranger, ni ne nous a rejeté.

Nous estimons que nous avons tous un devoir envers cette Afrique-là !


TCHEOU Rachid

CEO&Founder- Universités Africaines des Métiers d’Ingénierie